Mon chien Socrate

Moi c’est Rémi. J’ai neuf ans et je suis certainement le plus intelligent de ma classe. Je sais plus de choses, j’ai les meilleures notes, je finis les contrôles en premier … 

Bon je suis nul au foot. Mais franchement, on ne peut pas tout avoir. Du coup mon ami Lucas me montre des trucs au foot et moi je l’aide en maths. C’est chouette l’amitié ! 

Mais j’oublie de parler de mon autre meilleur ami : mon chien Socrate. Il ne sait pas parler, il ne connait pas les maths mais je peux vous dire qu’il est le plus intelligent des chiens, c’est pour ça que je l’ai appelé Socrate. Avec ses yeux, ses oreilles et sa queue, il me dit ce qu’il veut.

La dernière fois, quand je lui ai servi ses croquettes, il a levé les yeux sur moi, les oreilles basses et ça voulait dire :

« J’en peux plus de ces croquettes au poulet. T’as pas autre chose ? »

Ou alors, quand je lui dis : « Va chercher la baballe Socrate ! alors il s’assoit et tourne le museau d’un air de dire :

« T’as qu’à y aller toi-même… »

Et aussi, quand je le caresse, il se met sur le dos les pattes en l’air, tout content pour que je lui gratte le ventre, et si je m’arrête, il se retourne et me regarde fixement :

« Déjà ! »

Ce qui est drôle, c’est quand le facteur passe devant la maison. Avant, il partait à fond la caisse en aboyant en mode : « je suis le chien le plus féroce de la planète ». Maintenant, il ne bouge plus d’une oreille et quand je lui dis : « Bah alors Socrate ! c’est le facteur ! », je l’entends qui me répond :

« Ça me fait une belle patte ! »

Ce chien, c’est mon ami le plus fidèle. Ça je le sais quand on se regarde longuement dans les yeux, moi assis sur le canapé, lui, couché sur moi. Là je sais ce qu’il pense :

« Rémi, je t’aime tu sais ! »

Et quand maman arrive : « Je t’ai déjà dit que non, le chien ne monte pas sur le canapé ! »

« Voilà la patronne ! mais quelle casse-pattes celle-là ! »

La preuve qu’il est intelligent ? Il comprend tout. Il sait quand je suis triste et vient poser sa grosse tête sur mes genoux.

Il sait quand je pars pour l’école : il m’accompagne, passe le portail et me suit jusqu’à ce que je tourne au coin de la rue.

Il sait quand on va se promener : il saute, jappe et tourne en rond, en prenant la laisse dans sa gueule.

Il sait quand papa l’emmène chez le vétérinaire : il disparait.

Il sait quand on part en vacances, il se couche sur les valises, pour pas qu’on l’oublie.

Il sait exactement où se mettre sous la table pour récupérer les trucs qui tombent, sans que maman le voie. Papa et moi on ruse pour que des petits morceaux de viande ou de fromage s’échappent de nos assiettes.

Il sait même jouer au foot, mais c’est ce que je dis à Lucas, il en a pas envie. Ça fait rire mon ami, Il me dit que Socrate ne sait pas courir après le ballon, et encore moins l’attraper…

J’avoue, je crois qu’il est un peu comme moi Socrate, intelligent et nul au foot.