Le p’tit coin

L’endroit où je me sens le mieux, c’est le p’tit coin.

D’ailleurs dans «p’tit coin », y a « petit » comme petit suisse, petit loup, petit nid… Et il y a « coin ». Alors c’est vrai, le coin à l’école, c’est pas un endroit très agréable, mais on dit aussi « avoir son coin à soi ». 

C’est exactement ça pour moi, c’est mon p’tit coin à moi ! C’est là où je me sens le plus libre. Ça peut sembler bizarre parce que c’est tout petit : on ne peut pas courir, sauter, jouer à la console … Mais, je ne sais pas si vous avez remarqué, c’est le seul endroit où on échappe à tout.

Par exemple :

– Rémi, viens mettre la table !

– Je suis au p’tit coin…

– Rémi tu as fini tes exercices de maths ?

– Je suis au p’tit coin…

– Rémi, tu as vu l’état de ta chambre ?

– J’arrive, je suis au p’tit coin…

Vous voyez ce que je veux dire ?

Alors quand j’y suis, j’y reste assez longtemps j’avoue. En plus de faire ce que je suis censé faire, c’est-à-dire … (euh enfin voilà) … et bien je rêve, je bulle, je réfléchis, je me parle à moi-même. Je regarde mes pieds, je mets mes doigts dans le nez. Et quand on m’appelle pour la quatrième fois, je sors.

– Mais qu’est-ce que tu peux bien faire là-dedans ?

– Bah tu sais, j’ai un peu mal au ventre…

– Tu as souvent mal au ventre mon chéri, on devrait aller chez le médecin!

– T’inquiète maman ça va passer.

Ma sœur, c’est tout le contraire. C’est mademoiselle « Oh-lala-beurk-ça-pue-là-dedans… ». Dès qu’on parle des choses naturelles, le caca, la bave des escargots, la boue, le pourri …, la voilà qui prend ses grands airs et fait sa dégoûtée.

– Nan mais tu es sérieux là Rémi ! on ne peut pas parler d’autre chose, on est à table quand même !

– C’est vrai ! dit maman.

– Les chochottes, répond papa en riant.

– Prout ! fait Socrate.

Socrate, c’est notre chien. Il a des gaz en ce moment, maman dit que ce sont ses nouvelles croquettes. Quand Socrate pète, j’avoue ça ne sent pas bon. Mais c’est naturel en même temps! Est-ce tout dans la vie doit sentir bon ? Si on écoutait les filles, on vivrait dans un monde de parfums, de déodorants, de désodorisants, de crèmes et de bougies parfumées à la rose. 

Ce que ça peut être bizarre les filles! Comme si elles, elles n’allaient pas au petit coin… Ma sœur, quand elle y va,  elle est en mode camouflage, pas vu pas pris ! Socrate ne fait pas tant de manières. D’ailleurs le plus rigolo, c’est quand on va le promener et qu’il faut ramasser sa crotte. Bon, je ne dis pas que je trouve ça très agréable, surtout quand c’est un peu mou. Mais alors ma sœur, vous devriez la voir avec son petit sac, qu’elle attrape du bout des doigts, avec un air dégouté: « arghhhh », « baaaah », « beurk », « Non mais Socrate, t’es sérieux là, tu peux pas faire tes besoins dans l’herbe ? »

J’adore quand elle dit « tes besoins ». Après je la charrie : Alors Mélanie, tu vas faire tes besoins ? ça l’énerve très fort.

– Rémi, laisse donc ta sœur tranquille !

– Oui maman.

L’autre matin, papa est venu me voir dans ma chambre et m’a dit :

– Ce n’est pas vrai que tu as mal au ventre ?

J’ai répondu :

– Si, un peu… des fois…

– Non, tu restes au petit coin parce que tu aimes être tranquille. Comme ça tu laisses ta sœur mettre la table par exemple…

Je me suis défendu :

– Pas du tout !

– Et tu rêves, tu réfléchis…

– Comment tu le sais ?

– Peut-être que moi aussi je l’aime bien, ce petit coin ! alors l’autre jour je me suis dit : « est-ce qu’on ne pourrait pas avoir un endroit plus chouette que des toilettes pour prendre son temps et rêvasser… et si avec Rémi on se fabriquait une cabane ? Une jolie cabane pas trop grande, avec tout le confort : un barbecue, un canapé … »

– Et un p’tit coin ? j’ai dit.

Là mon père a fait une drôle de tête.

– Quoi tu veux des WC dans la cabane ?

– Bah on sait jamais, pour quand tu voudras que je mette la table !